LA RELATION D'EQUIVALENCE

La relation d’équivalence suppose respect, bienveillance, et coopération. Mais ces trois qualités ne se décrètent pas ! Elles découlent de deux aspects :

 

  1. le travail sur soi-même
  2. le cadre qui le permet et l’instaure

 

Le travail sur soi-même (lors des journées consacrées à cela) va permettre à chacun de découvrir les points suivants, qui amèneront naturellement au respect et à la tolérance :

 

  • rien de ce qui est humain ne m’est étranger (comme je le découvre dans ma propre thérapie)
  • par conséquent le vécu de l’autre, en face de moi, ce patient qui vient me consulter, ne m’est pas étranger
  • de ce fait, je vais éviter de le figer dans une « étiquette» et tout au contraire je le perçois dans une humanité qui se cherche
  • il découlera de tout ceci la possibilité de le respecter et de l’accompagner aussi bien dans ses enfers que dans ses joies et compétences

 

Ma bienveillance envers cet autre deviendra alors facile. L’aider, l’accompagner, (l’aimer, au fond), me sera possible. Et ce faisant, en adoptant une position pertinente de thérapeute, je serai moi-même en travail sur mes propres aspects. 

 

Le respect et la bienveillance, le travail très orienté par le métaphorique, et  l’écoute du RE (Rêve Eveillé, pôle tiers), tout ceci amènera une alliance de travail. Thérapeute et patient, côte à côte face aux RE, se situeront dans une collaboration qui permettra au patient de développer ses propres compétences et de s’approprier le chemin parcouru.

 

 

________________________________________________________

 

Cette question du positionnement et de la qualité humaine nous paraît une telle priorité que nos critères d’admission ne reposent pas sur des conditions de diplômes universitaires mais plutôt sur la motivation et le désir de recherche profonde de la personne. 

 

retour vers Spécificités de l'Ecole

 

ou retour vers Positionnement intérieur

 

 

 

 

 


Appel

Email